Auto entrepreneur : Que faut-il savoir de plus sur la création de sa micro-entreprise ?

La création d’une auto-entreprise offre au détenteur la possibilité d'exercer d’activité secondaire. Elle permet l’ouverture d’une porte d’entrée conduisant vers un développement d’une source complémentaire de revenus. Cependant, plusieurs s’y lancent sans aucune information préalable. Cet article vous donne davantage d'explications sur ce sujet.

Quelles  sont les conditions requises pour un auto entrepreneur ?

Avant toute chose, vous devez noter que ce soit un auto entrepreneur israel ou non, plusieurs conditions doivent être réunies afin de bénéficier non seulement d’un régime juridique unique, mais aussi d’une gestion administrative simplifiée pour créer facilement son activité. Dans le but de bénéficier de ce régime, vous devez réunir des conditions aussi bien à la situation personnelle du créateur d’entreprise qu’à l’entreprise elle-même. 

En ce qui concerne l’auto entrepreneur, il doit être une personne physique majeure et non condamnée. Pour ce qui est des conditions relatives à la structure, le créateur doit tout d’abord procéder à la réalisation de la déclaration de micro- entrepreneur.  Afin de recevoir des courriers, l’auto entrepreneur doit ensuite disposer d’une adresse de domiciliation pouvant s’effectuer chez un particulier, en pépinière d’entreprise, dans un local acheté ou loué ou tout simplement chez une société de domiciliation.

Comment devenir auto entrepreneur ?

Devenir auto entrepreneur passe forcément par la suivie de quelques démarches. Pour cela, tout entrepreneur débutant doit effectuer la déclaration de début d’activité de l’auto entreprise. C’est une des étapes primordiales dans la constitution d’un dossier de micro-entreprise. Il consiste à informer les instances sociales et fiscales  du projet. Il doit également sélectionner une adresse physique dans la déclaration, faire l’immatriculation  de l’auto-entreprise dont les frais pour les micro-entreprises sont exonérés. 

L'auto-entrepreneur déclare et vérifie le chiffre d’affaires de son entreprise et paie des cotisations destinées à la couverture sociale et les taxes pour les frais de chambres consulaires. Vous devez aussi procéder à l’ouverture d’un compte bancaire pour l’entreprise et souscrire à une assurance professionnelle.